AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


The Hunger Games RPG

Un jeu imposé, 24 candidats, seul le gagnant survivra. Puisse le sort vous être favorable
 

Partagez | 
 

 Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enrico Miro
«you're face to face with the man who sold the world.» - Nirvana.
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Mar 22 Mai - 19:49

♣ - Enrico Miro ; District Cinq.
- Biiiip ! Biiiip ! Biii ... BAM.

6h0o. Ce putain de réveil. Je me lève en grognant, les yeux bouffis. [ Le lit passe sont temps à grincer au passage. ] Je me dirige vers la fenêtre, pour ouvrir les volets, lorsqu'une douleur au pied me fait grimacer. Je me précipite à cloche-pied, je pousse les volets qui s'ouvrent d'un grand coup, dans un "Crac !" retentissant, et mon regard se dirige instantanément vers le sol. Un morceau rouge aux bords coupants. Je me baisse pour le ramasser, et je m'aperçois que c'est ce qui reste de mon réveil, que j'ai écrasé de ma main, il y a quelques minutes à peine. Super. J'ai pété mon réveil. Je soupire, et enfile un sweat bleu marine, ainsi qu'un jogging noir. Je dévale les escaliers le plus silencieusement possible pour ne pas réveiller mes parents que j'entends ronfler. Mes baskets aux pieds, la capuche (du sweat) sur la tête, j'ouvre la porte, et sors dans l'air froid et matinal. Il est 6h20. Je commence à courir à petites foulées.

Ce n'est pas la première fois que je fais ce genre d'exercices. Désormais, je suis habitué à courir. C'est à peu près la seule chose que je sais faire. A part embrasser les filles, ouais. Heureusement, j'atteins bientôt la majorité. Enfin, bientôt. Dix mois, quoi. J'espère passer la Moisson, sans trop de problèmes. Franchement, être tiré au sort, juste avant ma majorité, ce serait de la malchance. Je redoute la Moisson, depuis mes douze ans. A l'approche de cette période, j'ai différentes crises. Oh non, je ne pleure pas, j'suis un mec, quand même. Enfin, je me mets en colère pour un rien, je frappe avec le peu de force que j'ai, je me mutile. Enfin. "Mutiler" est peut être un mot fort. Non, je n'me suis pas coupé les bras et les jambes. Pas même le petit doigt. En fait, je m'enfonce différents objets dans le corps. C'est pas beau, c'est gore, y a du sang partout. Mais bon, j'me dis qu'aux Hunger Games, ça doit être pire. Alors, je supporte, et je me vide de mon sang. J'ai même passé plusieurs jours dans le coma. Cinq exactement. J'avais quinze ans.

Vous vous rendez compte à quel point je suis con, et irresponsable. Du nombre, et surtout de la taille des conneries que je peux faire. Je suis inconscient. Je me crois immortel. Rien ne peut m'atteindre, me toucher. C'est faux bien entendu.

J'arrive enfin, à moitié essoufflé, à la Centrale. Ce grand bâtiment gris radioactif ... Je sais que m'en approcher n'est pas très prudent. Mais bon, après tout, je mourrai bien un jour ou l'autre. La Centrale est rectangulaire. Je suis sur le petit côté. Je décide d'en faire le tour. Je me remets donc à courir. J’atteins le coin, je tourne à moitié en dérapant. Et là, qu'est-ce qui m'attend ? Une file à l'air sauvage, pointant une arme sur moi.

Je pousse une exclamation de surprise.

code by biscotte


Dernière édition par Enrico Miro le Jeu 12 Juil - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Areva N. Morrison
« this is the end, hold your breath and count to ten. »
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Jeu 12 Juil - 11:51




Kelley Reagan, District Sept.

« Ou comment essayer de maitriser ses nerfs. »


Le soleil vient de se lever. Il diffuse une douce lumière à travers les bois. Je m'étire comme un chat, avant de repartir au pas de course. Je saute par dessus les rochers et les racines, slalome entre les arbres. Sur mon épaule, mon arc et mon carquois se balancent en rythme. Le vent frais du matin emmêle mes cheveux et glace mon visage. Je me sens bien, je me sens vivante, libre. J'ai été chargée par ma famille d'aller prendre des nouvelles d'amis qui habitent dans le District 5, dans une maison non loin de la Centrale. Bien évidemment, je n'ai aucun droit d'y aller. Mais encore une fois, j'enfreins toutes les règles. Et puis de toute façon, je n'ai rien à craindre je sais être discrète. Bientôt je franchis la frontière de mon District, le cœur léger, un sourire satisfait pendu aux lèvres. Je traverse le District 6 rapidement, sans me faire voir. Bientôt, je passe la frontière; ça y est, je suis presque arrivée. D'où je suis, je peux apercevoir les fortes lumières qui émanent des milliers d'ampoules de l'Usine de la Lumière. Je m'arrête un instant. Si l'Usine de la Lumière est juste devant moi, alors je dois prendre le chemin qui se trouve à ma droite. Voilà. Maintenant je m'élance sur le chemin de terre battue.

• Je m'appuie contre un arbre, haletante. Ça faisait un bon moment que je courais et un moment de répit était le bienvenu. Et puis, la Centrale étaient à environ 400m de là, grande de bâtisse de pierre grise s'élevant parmi les arbres. Maintenant, il fallait la contourner et trouver la bonne maison. J'y étais déjà allée quand j'étais petite, et on peut dire que ça remontait, alors je n'étais pas sûre de reconnaître la maison. Et entrer chez des inconnus en criant "Surprise!" n'était peut être pas la chose à faire. Je levais les yeux vers le sommet de l'arbre. Au milieu des feuilles vertes, un écureuil faisait tranquillement sa toilette matinale. Je souris, attendrie par la beauté pourtant si simple d'une si petite chose. L'animal, qui ne m'avait toujours pas remarquée, entreprit d'aller ranger la noisette posée à côté de lui. Devant son air innocent, je lâchais un petit rire et l'écureuil baissa la tête, m'apercevant enfin. Je ne bougeais pas, soucieuse de ne pas le faire fuir. Il m'observa un moment sa queue rousse ébouriffée par la brise, puis il se détourna et disparut dans l'arbre, emportant sa noisette avec lui. Je passais une main dans mes cheveux avant de reprendre le chemin vers la Centrale.

• Je rasais les murs de la bâtisse de pierre grise, un peu nerveuse. Ça devenait dangereux. Si on me trouvait, moi, habitante d'un autre District que celui-ci, armée près de la Centrale, je ne pourrais rien dire avant qu'on m'ait fait prisonnière. Mâchoire, crispée, je suivais donc le mur, en faisait attention à mes pieds. Soudain, alors que j'approchais d'un angle, j'entendis un son étrange. Quand je l'eus reconnu, je me crispais et sortis mon poignard de ma ceinture. Heureusement pour moi, j'avais mis des vêtements simple ce matin, à savoir sweat bleu marine à capuche, jean gris foncé et Ben-Simon noires, ce qui me permettais de bouger facilement, et de me battre sans aucune contraintes. Et si j'avais correctement identifié le son, j'allais devoir abattre la personne qui allait bientôt arriver à l'angle de la Centrale. Je me ramassais sur moi même, et attendit le moment opportun. Puis, il arriva enfin au coin où je l'attendais. Donnant un violent coup de pied sur le sol de terre, je m'élançais, main et poignard en avant... Sur un garçon d'environ mon âge. Celui-ci poussa un cri de surprise, et nous nous retrouvâmes à rouler dans la terre un peu plus loin.

• Je me relevais d'un bond et époussetais mon sweat et mon jean. L'autre resta un instant par terre avant de se relever également. Je le fixais un moment. Cheveux bruns et noirs en bataille, yeux noisettes, un tout petit peu plus grand que moi, assez musclé, il était plutôt beau garçon. Voyant qu'il me dévisageait également, je rougis légèrement. Ma conscience me rattrapa soudain. Ce gars là avait peu être un beau physique, ça ne l'empêchait pas d'être un habitant de ce District. Et il continuait à me reluquer. Je rougis de plus belle, avant de marmonner des excuses.

- Euh, désolée.


• Je passais à côté de lui, et au moment où j'allais partir en courant, il me retint par le bras. Zut, pensai-je, voilà les ennuis...


fiche par century sex.



_________________
/! FORUM EN RECONSTRUCTION /!


Dernière édition par Kelley Reagan le Lun 21 Jan - 18:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Enrico Miro
«you're face to face with the man who sold the world.» - Nirvana.
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Jeu 12 Juil - 16:25

♣ - Enrico Miro ; District Cinq.

L'inconnue prend bien soin de ne pas me regarder. Elle enleva la terre de son sweat (le même que l'mien, tiens). Je la regarde, intrigué. Qui est-elle ? Pour se promener avec un poignard dans la main, elle ne doit pas être d'ici. Je n'arrive pas à définir de quelle District, elle vient. A vrai dire, sans son arme, on ne voit qu'une personne parfaitement normale. On n'imagine même pas la possible hypothèse qu'elle soit étrangère. Pendant que mon cerveau fourmille de questions sans réponses, je remarque que ses yeux bleus très beaux, me fixent. Je lui lance un regard interrogateur, lorsque je me rends compte, que je suis toujours à moitié allongé par terre. Je me relève, l'air de rien. Je ne suis pas quelqu'un qui rougit facilement, même dans les situations ridicules & embarrassantes, comme celle-ci. La fille était assez grande (moins que moi hein, j'vais quand même pas me laisser dominer), et mince. Tellement mince qu'on pourrait la croire fragile. Ce qui, je pense, n'est pas le cas, vu l'expression farouche qu'elle avait quand elle m'est atterrit dessus, son poignard à la main. La demoiselle devint légèrement rouge. J'eus un petit rire silencieux, et moqueur. Malgré son esprit de Guerrière, elle était comme toutes les autres files, en fait. Il suffit de les fixer pour qu'elles se sentent gênées. Amusant. Un petit sourire mesquin apparut sur mes lèvres.

- Euh, désolée.

Je faillis éclater de rire lorsque je compris enfin le sens de son marmonnement. Enfin, elle semblait sincère avec sa p'tite mine de chien battu.
Je la vis esquisser un petit mouvement en avant, comme si elle voulait s'échapper. Instinctivement, je lui attrape le bras. Et non ma Jolie, tu vas rester quelques instants en ma compagnie. Ça n'te dérange pas j'espère ? Je ricanais intérieurement.

- Alors comme ça, on se balade de Districts en Districts ? Mais tu sais c'que tu risques au moins, ma Chérie ? C'est dangereux ça, tu sais. Très dangereux. Je pourrais prévenir les Pacificateurs pour qu'ils viennent de retrouver.

Je marque une pause, et la regarde. Son visage ne montre aucune émotion. Elle reste impassible.

- Tu sais que tu pourrais te retrouver sous les yeux des habitants, fouettée à mort? ajoutai-je dans un murmure. Et ça n'te fait pas peur ? Non, évidemment, tu n'as pas l'air d'être très obéissante. P'tite Guerrière, hein? Enfin, tu te considères comme telle.

Je serre de plus en plus fort mon emprise. Son regarde bleu est dénué d'expressions. Elle semble fixer un point quelconque. En tout cas, elle ne me regarde pas droit dans yeux.
Impossible de savoir ce qu'elle ressent, en ce moment-même. De la peur ? De la Colère ? Humiliée ? Elle ne se débat même pas. Elle reste là, immobile, pendant à mon bras.

Alors je fais quoi moi? Je t'envoie aux Pacificateurs, où tu m'explique c'que tu fiches là? Hum?

Ses yeux bleus se lèvent enfin. Elle ouvre lentement sa bouche, lorsque tout d'un coup, j'entends des pas précipités qui se rapprochent. Paniqué, je plaque ma main sur ses lèvres, et la pousse vers les buissons d'en face. Elle a à peine le temps de ramasser son poignard par terre, que je la traîne de toutes mes forces, et la fais tomber sur les feuilles. Un grand bruit sourd accompagne notre chute.

Allongés dans les feuilles, inquiets, on attends.


code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Areva N. Morrison
« this is the end, hold your breath and count to ten. »
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Jeu 12 Juil - 17:16




Kelley Reagan, District Sept.

« citation citation citation citation citation citation citation citation »


-Alors comme ça, on se balade de Districts en Districts ? Mais tu sais c'que tu risques au moins, ma Chérie ? C'est dangereux ça, tu sais. Très dangereux. Je pourrais prévenir les Pacificateurs pour qu'ils viennent de retrouver.

• Zut, il m'a pas l'air fin ce gars là. Du genre moqueur et borné, qui aime s'attirer des ennuis pour se marrer. Pas le genre de garçon sur lequel on aimerait tomber dans un cas comme le mien. Je m'efforce de rester impassible. La première chose à faire est de ne pas montrer ses sentiments. Quand il verra que son baratin ne m’intéresse absolument pas, peut être qu'il me laissera partir. Mais vu le sourire moqueur qu'il affiche, je crois que je devrais pas trop y compter. Je fixe mon regard sur un arbre, derrière le gars.

- Tu sais que tu pourrais te retrouver sous les yeux des habitants, fouettée à mort? ajoutai-je dans un murmure. Et ça n'te fait pas peur ? Non, évidemment, tu n'as pas l'air d'être très obéissante. P'tite Guerrière, hein? Enfin, tu te considères comme telle.

• Ça y est, il me tapait sur les nerfs. Heureusement que j'arrivais à ne rien laisser paraître, sinon il serait sûrement parti dans un fou rire. Ou alors il aurait effacé son air supérieur. Bref. Il n'avait pas encore compris que je ne lui répondrait pas? Je savais parfaitement ce que je risquais. Mais j'aimais enfreindre les règles. Sentir monter en soi l'adrénaline, l'angoisse d'être découverte... Un sentiment grisant. Je ne bouge toujours pas, ne le regarde toujours pas. Si c'est un gars normal, il va finir par perdre patience.

- Alors je fais quoi moi? Je t'envoie aux Pacificateurs, où tu m'explique c'que tu fiches là? Hum?

• Gagné. Non. En fait on est quittes. Si j'ai deviné ce qu'il allait faire, à savoir s'impatienter, là il venait de me donner une sérieuse raison de m’inquiéter. Vu son orgeuil, ce mec là pouvait facilement me dénoncer, sans aucun remords. Je ne peux plus continuer à me murer dans le silence. Si je ne fais rien, je suis morte. Je lève les yeux ou entrouvre les lèvres dans l'intention de lui répondre.

• Tout s'est passé très vite. Des bruits de pas se rapprochant, l'angoisse sur le visage du mec qui me tenait le bras, ... Et bien sûr ma propre panique. Sans attendre d’avantage, il me ceinture la taille avec son bras, et me plaque sa main libre sur la bouche. J'ai juste le temps de ramasser mon poignard. Il plonge dans un amas de buissons proche, m'entrainant avec lui. Le bruit de notre chute a été amorti par l'amas de feuilles se trouvant sous les buissons. Sans décoller la main des mes lèvres, il s'allongea contre moi, tourné vers le chemin. Inquiets, nous attendions de voir à qui nous venions d'échapper.

• Les pas se rapprochèrent assez rapidement. Bientôt, deux Pacificateurs passèrent devant nous en ricanant bêtement, sans nous voir. Quand ils eurent disparus au loin. Je tournais la tête vers celui qui nous avait sortis de ce mauvais pas. Il me regardait également. Lentement, il enleva sa main de ma bouche avant de se relever et d'essuyer ses vêtements. Je restais un instant allongée sur les feuilles, à réfléchir. Puis je me redressais de façon à m'assoir par terre. Mais dès que j'eus appuyé ma main gauche contre le sol, une douleur aussi forte qu' inattendue fusa dans mon poignet. Je retirais immédiatement ma main du sol et la plaquait contre ma poitrine. Zut, à tous les coups c'était foulé. Une main fit brusquement irruption dans mon champs de vision. Je levais les yeux. Visiblement encore un peu paniqué, le gars me tendait la main, tout en regardant aux alentours. Bon d'accord, c'était peu être un idiot arrogant, mais là il allait encore m'aider. Je posais ma main valide dans la sienne et il me releva. Quand je fus debout, la seule chose que je fis fut de le regarder.

• Pendant une longue minute, il me regarda également. Je pouvais lire dans ses yeux un tas d'émotions contradictoires. Ça m'amusait. Mais quand j'ouvris la bouche pour le remercier de m'avoir aidée, il me plaqua une nouvelle fois la main sur la bouche.

fiche par century sex.



_________________
/! FORUM EN RECONSTRUCTION /!


Dernière édition par Kelley Reagan le Lun 21 Jan - 18:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Enrico Miro
«you're face to face with the man who sold the world.» - Nirvana.
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Jeu 12 Juil - 18:22

♣ - Enrico Miro ; District Cinq.

Les pas se rapprochent. J'entends des rires, mais pas des rires joyeux. En fait on dirait que ces rires viennent de bourrés. Et ces bourrés, les voilà enfin: ce sont des Pacificateurs, comme il fallait s'y attendre. Ils ne nous voient pas. Pourtant, notre cachette est assez mauvaise. Il suffirait de se pencher un peu au-dessus des buissons, pour nous apercevoir. M'enfin. On attends qu'ils s'éloignent, patiemment. Oui, patiemment, c'est le mot. Parce que bon, ces deux hommes sont ivres, et lorsqu'on est ivre, on ne marche pas droit & on titube, c'est bien connu. Enfin partis, la jeune fille se tourne vers moi, le regard reconnaissant. J'ôte ma main de sa bouche, lentement, silencieusement. Elle reste allongée un instant. Elle semble réfléchir. Ne pouvant lire ses pensées, et donc de savoir ce qui se cache derrière sa tête, je décide me lever pour encore une fois (décidément) essuyer mes vêtements. Pendant ce temps, la fille s'est mit en position assise. Je scrute les alentours. Personne. Je baisse soudainement le regard lorsque je crus entendre un petit hoquet de douleur. L'inconnue faisait la grimace, regardant son poignet, d'un air de dépit. En parfait gentleman, c'est le cas de le dire, je lui tends ma main. Elle me regarde, apparemment surprise. C'est vrai qu'au début de notre conversation, ou plutôt de mon monologue, vu qu'elle n'a pas dit un mot; j'ai dû lui apparaître comme un mec idiot & moqueur. Elle se décide enfin à prendre ma main tendue.

Elle me fixe à nouveau. Je fais de même. Mais cette fois, elle ne rougit pas, elle soutient mon regard. Aah. Du progrès, petite Guerrière. Bien. Très bien même. Elle s'apprête à me dire quelque chose. Et cette fois encore, je plaque ma main sur sa bouche.

- Non merci, je n'suis pas habitué aux remerciements, je préfère donc ne pas en recevoir, je pourrais me sentir gêné, dis-je en souriant.

J'enlève ma main. Elle ouvre la bouche de nouveau, mais je la coupe:

- Non non, pas la peine d'essayer.

Je marque une pause. Je la regarde droit dans les yeux, et mon sourire effacé, lui dit:

- Bien, maintenant, tu vas me dire tranquillement d'où tu viens, et qu'est-ce que tu fais là. Ok ? Tant que tu dis la vérité, je fais le gentil garçon. Si tu commences à me mentir, et à m'inventer de belles histoires, j'appelle les Pacificateurs.

J'ai vraiment l'air d'un gros salaud. Pathétique. Je lui sauve la vie, et après je lui dis que je pourrais toujours la remettre en jeu. Je reprend, d'un ton plus doux:

- C'est pas que j'veux faire le méchant, mais bon, si on me retrouve là, j'vais avoir des ennuis. J'en ai déjà pas mal, alors bon.


code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Areva N. Morrison
« this is the end, hold your breath and count to ten. »
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Jeu 12 Juil - 18:44




Kelley Reagan, District Sept.

« citation citation citation citation citation citation citation citation »


-Non merci, je n'suis pas habitué aux remerciements, je préfère donc ne pas en recevoir, je pourrais me sentir gêné, dis-je en souriant.

• Tiens il sourit. Et il pourrait se sentir gêné. Peut être qu'il n'est pas si vilain que ça après tout... Mais bon, il faut que je m'explique maintenant. Et à la fin, je glisserai quand même un petit merci pour voir si j'arrive à le faire rougir. J'ouvre de nouveau la bouche.

- Non non, pas la peine d'essayer.

• J'ai l'impression qu'il aime bien me faire taire. Je rigole doucement. Il continue à sourire. Ben tiens. Je me demande s'il avait deviné mes intentions, celles d'essayer de le faire rougir. Puis, son sourire s'efface.

- Bien, maintenant, tu vas me dire tranquillement d'où tu viens, et qu'est-ce que tu fais là. Ok ? Tant que tu dis la vérité, je fais le gentil garçon. Si tu commences à me mentir, et à m'inventer de belles histoires, j'appelle les Pacificateurs.

• D'accoooord. Bon, c'est vraiment un mec qui peut changer en un instant. Il y a deux minutes il jouait aux gentlemans et maintenant il essaye le rôle de méchant. J'ai toujours du mal à savoir si je l'aime bien ou non en fait.

- C'est pas que j'veux faire le méchant, mais bon, si on me retrouve là, j'vais avoir des ennuis. J'en ai déjà pas mal, alors bon.

• Tiens, lui aussi à des ennuis. Étrange. Mais bon, il sait se résonner au moins. Évidemment, si on nous trouve là tous les deux, c'est moi qui vais payer le prix fort, mais ça ne l'empêchera pas d'avoir encore plus d'ennuis. Bon. Il m'a aidé, donc je vais être franche.

- Bon Ok, j'vais t'faire confiance. J'espère que je vais pas le regretter. Je m'appelle Kelley, je viens du District Sept. Je suis là pour prendre des nouvelles d'amis de ma famille. C'est tout, y a rien de plus à dire pour l'instant. Maintenant à toi de décider si tu peux me faire confiance ou non.

• Patiemment, j'attendis devant sa mine fermée. Il était évident qu'il menait un combat intérieur. Faire confiance à une semi-étrangère ou non? Alors j'attendais qu'il veuille me répondre.

fiche par century sex.



_________________
/! FORUM EN RECONSTRUCTION /!


Dernière édition par Kelley Reagan le Lun 21 Jan - 18:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Enrico Miro
«you're face to face with the man who sold the world.» - Nirvana.
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Jeu 12 Juil - 21:11

♣ - Enrico Miro ; District Cinq.

- Bon Ok, j'vais t'faire confiance. J'espère que je vais pas le regretter. Je m'appelle Kelley, je viens du District Sept. Je suis là pour prendre des nouvelles d'amis de ma famille. C'est tout, y a rien de plus à dire pour l'instant. Maintenant à toi de décider si tu peux me faire confiance ou non.

District Sept ... Laissez-moi deux minutes ... C'est le District des Bois ça, non ? Je la regarde attentivement. Rien en elle pourrait confirmer ses paroles. Mais en même temps à quoi je m'attendais: a c'qu'elle ait des branches sur la tête ? Pourtant je décide de la croire. Après tout, je lui ai sauvé la mise, et j'espère ne pas me tromper en disant qu'elle semble avoir bon fond. Elle me regarde, souriante, attendant ma réponse. Juste une petite remarque: depuis le début de cette rencontre, on ne fait de se fixer intensément à tour de rôle. C'est normal ça ? Nan mais parce que bon, on se "connaît" depuis à peine cinq minutes, et nos regards se sont croisés, je n'sais combien de fois. Louche ou normal ? J'en sais rien. Parce que bon, à vrai dire, je croise souvent le regard des filles. Wowowow, allez pas vous imaginer des choses, loin de là ! C'est juste que ... enfin, non rien. J'vais sortir une connerie, j'le sens. Je soupire. Par où commencer ? Il y a tellement de choses à dire, et à n'pas dire ...

Il fait chaud ici. C'est seulement maintenant que je le remarque. J'enlève rapidement mon sweat bleu, ébouriffant encore un peu plus mes cheveux au passage/Je dois avoir la gueule de quelqu'un qui vient de sortir de son lit. Et c'est alors que lorsque je lève ma main pour remettre ma chevelure en ordre, mon doigt frôle mon oreille droite. Je frissonne. Je la sens. Cette chose. Mon regard se durcit. J'essaie de contrôler mes nerfs. Fichus darons ... J'abaisse lentement ma main. Si seulement on pouvait me l'enlever ... Je secoue la tête en m'efforçant de chasser ces idées noires de ma tête.

Je respire un grand coup, l'air froid pénétrant dans mes narines, avant de me lancer. Je lève les yeux, sans ciller.

- Ok. Alors moi c'est Enrico, dix-sept ans, fils des anciens Juges Miro. Je suis là parce que ... Parce que je faisais mon footing tout simplement. Voila. Oui je sais, à six heures du mat', ajoutai-je visiblement énervé.

De nouveau de mauvaise humeur, (oui mon humeur est assez changeante ce qui fait de moi un être particulièrement insupportable), je chasse d'un geste impatient, une mouche qui s'est attachée à moi. Je parcours deux-trois mètres pour m'asseoir sur le tronc d'un arbre déraciné, couché sur le sol. La fille, enfin non, Kelley me suit et attend la suite. Les mains croisées, les coudes sur les genoux, je cherche.

Le silence s'installe pesant. Le soleil doit être assez haut maintenant. Je regarde mon poignet, avant de m'apercevoir que ma montre n'y est pas. Je relève la tête. Kelley me regarde toujours de ce regard-de-la-mort-qui-tue. Non, je blague. Elle a toujours le même regard, celui qui te fixe intensément, mais qui ne laisse voir aucune émotion.

- Bon, si on allait les voir tes amis, avant qu'ils reviennent ?

J'aurais pu lui dire au revoir, et on se serait quittés comme ça, comme si on ne s'était jamais croisés. Mais pourtant, cette fille m'intriguait, m'amusait. J'avais envie de rester avec elle.

( Excuse pour le retard, j'te l'ai expliqué sur FB. Et sinon, ils vont devenir quoi ces deux-là, en termes de relations? :3 )

code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Areva N. Morrison
« this is the end, hold your breath and count to ten. »
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Sam 21 Juil - 18:15




Kelley Reagan, District Sept.

« citation citation citation citation citation citation citation citation »


La journée vient de commencer, pourtant, l'air commence déjà à se réchauffer. Le gars doit s'en être rendu compte aussi, car il enlève son sweat bleu, qui est d'ailleurs juste un peu plus foncé que le mien, et ébouriffe encore un peu plus ses cheveux. Je trouve que ça lui va bien, cet air de sorti du lit. Il se passe une main dans les cheveux, et quand sa main frôle son oreille droite, elle s'arrête. Pas longtemps, juste une fraction de secondes. Mais c'est assez pour que je m'en aperçoive. Il secoue la tête et inspire une grande bouffée d'air avant de répondre.

- Ok. Alors moi c'est Enrico, dix-sept ans, fils des anciens Juges Miro. Je suis là parce que ... Parce que je faisais mon footing tout simplement. Voila. Oui je sais, à six heures du mat', ajouta-t-il, visiblement énervé.

• Tiens, il a encore changé d'humeur. Il a un caractère changeant, un peu comme... Moi. Je rougis intérieurement. Si nous avons des caractères semblables, il semblerait qu'il ait du mal à contrôler ses nerfs. Pas comme moi en somme. Il chasse une mouche, puis s'éloigne pour aller s'assoir sur un tronc d'arbre, à quelques mètres de là. Il croise les mains, pose les coudes sur ses genoux, puis son air se fait absent. Je le suis sans rien dire. Un silence s'installe. Je reste debout, à le regarder. Lui, il regarde son poignet, comme si il cherchait quelque chose. Puis, il finit par relever la tête et me regarder.

- Bon, si on allait les voir tes amis, avant qu'ils reviennent ?

•Je rêvais, où il venait de me proposer de m'accompagner? Une partie de moi me disait de refuser, j'étais capable de m'en sortir seule. Mais l'autre me poussait à accepter. Il m'intriguait, et apparemment, je l'intriguais aussi. Je souris légèrement.

- Tu as envie de t'attirer des ennuis? lui dis-je en souriant. Ça ne me pose aucun problème que tu m'accompagne. En plus, tu connais mieux ton District que moi. Alors, on y va?

• Je lui tendis la main, paume ouverte, en signe d'invitation pour qu'il se lève.


fiche par century sex.





[Tu me pose vraiment la question? J'ai une petite idée... Tu aurais pas la même par hasard? Après tout c'est toi qui me demande... XD]

_________________
/! FORUM EN RECONSTRUCTION /!


Dernière édition par Kelley Reagan le Lun 21 Jan - 18:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Enrico Miro
«you're face to face with the man who sold the world.» - Nirvana.
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Jeu 23 Aoû - 16:45

♣ - Enrico Miro ; District Cinq.

- Tu as envie de t'attirer des ennuis? dit-elle en souriant. Ça ne me pose aucun problème que tu m'accompagne. En plus, tu connais mieux ton District que moi. Alors, on y va?

Je lui adresse un petit sourire amusé, mais reste silencieux à sa remarque ironique. Elle me tend la main, je la saisit en la regardant bien droit dans les yeux. Allez, rougit, Petite Guerrière ... Voyons, un beau mec te prends la main, et tu ne ressens rien ? Sisi ... Je suis sûr qu'intérieurement, c'est la tempête. Bref. Elle ne montre rien. Du progrès, par rapport au début. Je me lève, tranquille, et lui indique le chemin. Elle me suit, obéissante et soumise. Non, je plaisante. C'est pas un chien. Dommage. J'ai toujours voulu avoir un animal de compagnie. Un caniche, par exemple. Ça y est, la Petite Guerrière se transforme en mon Caniche. Allez, fais la belle! J'éclate de rire. Oups, c'était pas dans mon esprit. Assez sonore en plus. Merde, j'vais passer pour un con. Le maître gâteux du petit caniche. Je continue mon chemin, comme si de rien n'était, pas gêné le moins du monde. Je tends l'oreille, et j'entends un ricanement silencieux. Je la regarde, blasé. Elle s'arrête de rire brusquement, et me lance un petit sourire pour se faire pardonner. Raaah, elle rougit toujours pas!! Merdeeuuuuh. Bon, on va laisser tomber pour le moment. Je lui tire la langue, et me retourne.

Quelques instants plus tard, on arrive devant une bicoque assez bien construite. Je la laisse passer devant moi. Elle lève le bras pour atteindre la sonnette. Un petit « Ding! Dong! » se fait entendre. On attends quelques instants, lorsqu'un fausse blonde bien trop maquillée apparaît dans l'encadrement de la porte. Horrible. On dirait une poupée. Elle me dit quelque chose ... Je fouille dans ma mémoire, et là j'hoquette de surprise. C'est la mère Raymonde! Aaaaaaaaaaaaargh. Quand j'étais petit, c'était ma nounou. Elle adorait me faire des bisous plein de bave dégoulinante. Beuuurk. D'ailleurs elle aussi, elle m'a reconnu. Elle ouvre de grands yeux. Ils sont couleurs kakis, et avec tellement de maquillage qu'on dirait des yeux de pandas. Elle me montre d'un doigt vernis en rose, et orné d'une grosse bague, tremblant. Elle semble articuler « toi! encore toi ... » Mais je n'en suis pas si sûr. Elle murmure à moitié. M'enfin, j'ai tout sauf envie de la revoir. Je me tourne vers Kelley qui n'a pas l'air de comprendre c'qui s'passe. Je lui fais signe pour qu'on parte (le plus rapidement si possible), mais elle me regarde d'un air intrigué. Énervé, je fixe la mère Raymonde. Celle-ci se retourne, et hurle d'une voix stridente un « Chériiiiiiiiiii ?!! » qui me vrille les tympans. On entends des pas lourds descendre l'escalier. Les dernières marches craquent, et un imposant personnage apparaît à côté de son panda. Il porte désormais une énoooorme moustache, et a au moins trois doubles-mentons. Ce qui lui fait à peu près six mentons. Je vous laisse imaginer l'horreur. La mère Raymonde continue de me montrer du doigt en balbutiant. Soudain, le géant semble comprendre son marmonnement, et me regarde d'un air surpris. Puis, son regard se referme aussitôt et se fait froid. La p'tite Guerrière est toujours aussi larguée, elle n'a pas l'air de comprendre la situation. Raaah. J'ai envie de la secouer comme un sac de patates pour lui faire comprendre qu'il faut qu'on parte. Ce qu'elle m'éneeeeeeeeeeeeeeeerve.

Je souffle un bon coup. La mère Raymonde ne parle toujours pas, la bouche grande ouverte, elle semble gober les mouches. Le mari me regarde d'un air mauvais, puis menaçant me fait signe de partir. C'est alors que Kelley se réveille (enfin!) et lui jette un regard interrogateur. Celui-ci s'excuse, puis explique qu'il ne veut pas me voir ici, et m'ordonne de partir. Caniche ne comprends toujours pas. Le père Jean-Jacques s'avance un poing gros comme une pastèque, dans ma direction. Oooooouuuh...putain. Et alors se passe la dernière chose auquel je m'attendais. La p'tite Guerrière se place devant moi, comme si elle voulait me défendre.

Je me renfrogne. Une fille qui défend un mec. Ça craiiiiiiiiiiiiiiiint.

code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Areva N. Morrison
« this is the end, hold your breath and count to ten. »
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Ven 24 Aoû - 12:03




Kelley Reagan, District Sept.

« citation citation citation citation citation citation citation citation »


Il me prend la main en me fixant d'un air profond. Il s'attend à quelque chose, ça se voit. Mais à quoi il peut penser? Je suis sûre que je finirais par le savoir. Il se lève et commence à marcher. Bon j'ai plus qu'à le suivre. Il a une drôle de démarche, presque comme un pingouin. Un pingouin décidé alors parce qu'il avance de plus en plus vite. Il sait où il va déjà. Un rire sonore interrompt brusquement mes pensées. Je me retourne pour trouver d'où provient ce rire idiot. Puis, je me rend que c'est celui du pingouin, toujours devant moi. Je pars sur un rire silencieux, impossible de me retenir. Il se retourne. Zut, j'crois qu'il m'a entendue. J'arrête de rire, et souris de toutes mes dents, en gardant un air légèrement moqueur. Il me regarde une nouvelle fois, blasé, me tire la langue avant de reprendre son chemin. Il m'a tiré la langue? C'est pas un peu gamin ça, comme réaction? Je recommence à rire, mais cette fois-ci, il ne m'entend pas. Il m'amuse ce pingouin.

On arrive finalement devant une belle maison, celle des amis de mes parents. Enrico s'arrête et me laisse passer devant lui, pour atteindre la sonnette. J'appuie dessus. « DING, DOOOOOONG! » Le bruit habituel quoi. La porte s'ouvre et apparaît une horrible fausse blonde, maquillée comme une poupée. J'ai un léger mouvement de recul. Est-ce vraiment Raymonde? La gentille dame un peu enrobée qui me faisait des muffins quand j'avais 5 ans? La Vaaaaache! :c'est le cas de le dire:. Lentement, elle lève un doigt vernis d'un horrible rose et d'une grosse bague, en montrant Enrico. Là, j'avoue être larguée, elle semble plus intéressée par lui que par moi. Bizarre. Se pourrait-il qu'ils se connaissent? Elle articule des mots dans le vide, sans lâcher Enrico du regard. « toi! encore toi ... ». Il me regarde avec un air pincé, comme s'il voulait me faire comprendre quelque chose. Mais qu'est ce qu'il dit? Décidément j'ai du mal à comprendre. Je le regarde, intriguée par ses mimiques. Visiblement énervé que je ne le comprenne pas, il se retourne vers Raymonde, qui lance un cri strident vers la maison. « Chériiiiiiiiiii ?!! ». Je résiste de justesse à l'envie de me boucher les oreilles. Des pas lourds résonnent dans la maison, des marches craquent et Jean-Jacques apparaît. Depuis la dernière fois que je l'ai vu, il s'est fait poussé la moustache. Maintenant c'est une moustache immeeeeeeense. Il a aussi pris pas mal de poids, vu le nombre de mentons qu'il possède désormais. Raymonde continue de marmonner en montrant Enrico du doigt. Soudain, le visage du père Jean-Jacques se ferme et son regard devient glacé. J'ai vraiment du mal à comprendre ce qui se passe. Breeeeeeef. Enrico souffle bruyamment, apparemment énervé. Depuis tout à l'heure il me regarde avec son air coincé et insistant, l'air vraiment mal à l'aise.

Raymonde garde la bouche ouverte, ce qui lui fait une tête d'ahurie. Jean-Jacques marmonne qu'il ne veut plus voir Enrico, avant de s'avancer vers lui, poing levé, menaçant. Il faut peut-être que j'agisse maintenant. D'un pas sur le côté, je me place devant lui. Jean-Jacques s'arrête et se met à me fixer d'un air surpris.

« Mais qu'est ce que vous avez, tout les deux, à le regarder comme ça? Vous avez un problème avec lui? »


Il me regarde d'un air déconcerté, puis son visage devient de plus en plus rouge. Bon, je crois qu'il est temps de partir. J'adresse quand même un léger signe d'au revoir, avant de tourner les talons. Tant pis pour les nouvelles. Je reprend le chemin de l'allée. Du bruit de pas, je sais que Enrico m'as suivie sans tarder.

fiche par century sex.



_________________
/! FORUM EN RECONSTRUCTION /!


Dernière édition par Kelley Reagan le Lun 21 Jan - 18:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Enrico Miro
«you're face to face with the man who sold the world.» - Nirvana.
avatar


En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   Sam 25 Aoû - 11:26

♣ - Enrico Miro ; District Cinq.


« Mais qu'est ce que vous avez, tout les deux, à le regarder comme ça? Vous avez un problème avec lui? »


Aaaargh. Je passe pour un incapable. Un mec qui a besoin d'un caniche pour se défendre, ça craiiint. Oh mon dieu. Je ne lève même pas les yeux pour voir la réaction du géant, tellement j'ai ... honte. Ouais, honte, gêné. Ils vont se demander si je suis gay, puisque je passe pour une fille sur ce coup-là.

Je vois les pieds de Kelley faire demi-tour. Oui, on part. Enfin! J'en pouvait plus de voir un panda teint en blonde me regarde comme si j'étais un de ses semblables. Non, Madame, je ne suis pas un panda. Non, je ne suis pas blond. Madame, lâchez-moi du regard, s'il vous plaît, ça devient gênant. ARRÊTEZ ÇA TOUT DE SUITE!! Vous me harcelez!
Je deviens fou. Complètement dingue. Nous voilà éloignés de la maison du géant & de son panda. Mon visage se détend brusquement. Aaaah ... loin de ce monstre, oui! Je soupire de soulagement. Kelley est déjà loin devant. Je m'élance dans un sprint, pour essayer de la rattraper. J'y arrive, vous inquiétez pas, elle ne faisait que marcher. Elle me regarda d'un air, triste, désolé. Et c'est alors que je compris. Elle devait partir, et rejoindre sa famille dans son district ... Après tout, elle avait rempli sa mission, elle était allée rendre visite à ce panda.

Je la retins par la manche de son sweat bleu, semblable au mien.

- on s'reverra hein?

Elle me sourit.

FIN.
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hunger-games-rpg.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé



En savoir plus

MessageSujet: Re: Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au secours, j'me fais agresser par une Meuf. { → Keyy' }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» CHATBOX DE SECOURS.
» Fais tes preuves... (PV Pix et Illu')
» Fais-moi peur [PV Julian Rollwers]
» Et puis merde, j'me fais chier moi ! {Free. Profites-en !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hunger Games RPG :: • Archives • :: ✖ Anciens RPs ✖-